Étude du tableau Bacchanale de Salvador Dali (1939).


BEAUBE Bérénice
RICHARD Basile
SOUCHON Jean-Baptiste


external image salvador-dali-bacchanale.jpg
Salvador Dali [1904-1989]

Dali est un des principaux peintres du surréalisme, mouvement dans lequel il fit son entrée dès 1927. Il étudia aux Beaux-Arts de Madrid mais vécu aussi à Paris et aux États-Unis, pour regagner par la suite l'Espagne. Personnage excentrique, Dali qualifie lui-même sa peinture de "paranoïa-critique".

Son art est connu dans le monde entier de part son originalité. Le peintre travaille beaucoup en trompe l’œil (ex: Lincoln Gala, qui est une œuvre en trompe l’œil où l'on peut à la fois voir sa muse, Gala mais aussi,sous un autre angle, le président Lincoln).
Dans les œuvres de Dali, les symboles psychanalytiques sont très présents ainsi qu'une certaine forme d'érotisme. Mais la peinture de l' artiste est aussi sombre: la mort et en effet omni-présente comme le montre les couleurs sombres, les formes fantomatiques ainsi que l'utilisation fréquente des ombres. On retiendra de cet artiste son excentricité et son rôle majeur dans la peinture surréaliste.

Nous allons nous intéresser à une œuvre regroupant de nombreuses caractéristiques de la peinture de Dali et répondre à la question suivante:
.Quelles caractéristiques propres au peintre retrouve t-on dans l’œuvre Bacchanale ?

I.L'origine du tableau.

C'est en 1939 à New-York, que Dali écrivit un scénario pour son premier ballet, Bacchanale, basé sur un extrait de l'Acte I de Tannhäuser de Wagner ainsi que sur le mythe de Leda et le Cygne. A celui-ci suivirent deux autres ballets. Le Labyrinthe (1941) sur le thème de Thésée et Ariane, avec une musique de Schubert) et Tristan Fou (1944), inspiré de l'opéra de Wagner, Tristan et Iseult (cette musique a déjà été utilisée par Dali dans son court métrage, un Chien andalou).
De ce ballet, Dali peigna une partie du décor. L'histoire dit qu'il travailla plusieurs heures dessus puis apposa sa signature au bas de l’œuvre.

Cette peinture est très intéressante car elle regroupe de nombreuses caractéristiques de la peinture de Dali:

II. Une œuvre en trois plans.

On peut diviser la peinture en trois plans principaux. Au premier plan figure un cygne blanc aux dimensions surnaturelles. Ses ailes sont attrofiées et son corps est ouvert, comme s'il était l'entrée d'un temple car au dessus de ce trou il y a une partie d'un monument antique ce qui nous renvoie aux bacchanales, fêtes religieuses célébrées dans l'Antiquité. Comme sur de nombreux tableaux de Dali, les traits de la tête du cygne sont flous, effacés. Le cygne est dans une posture élégante, féminine. On retrouve donc l'opposition féminin/masculin qui est fréquente dans la peinture de Dali.

Le deuxième plan est le plus grand. Au centre se situe une montagne aux couleurs grisâtres où descend une vallée qui mène à l'"intérieur" du cygne. On en déduit que l'ouverture se situant au devant de l'oiseau serait l'entrée pour accéder à la montagne, qui pourrait donc symboliser le rêve avec son altitude. La montagne est ouverte en haut et laisse apercevoir un temple au loin. Sur le côté, une carcasse prenant la forme d'un voilier est comme échouée, abandonnée. Plusieurs ossements composent le tableau (des carcasses, une mâchoire...). Et c'est aussi avec la végétation qui pousse sur le cygne que l'on retrouve la thématique de la mort qui est très présente dans l’œuvre du peintre.

Enfin, au dernier plan se trouve le ciel. Le bleu utilisé est plus sombre que sur les autres tableaux du peintre. Des formes aux couleurs chaudes (rouge, orange) semblent voler ou bien planer.
Contrairement aux autres tableaux, le ciel n'occupe pas la majeure partie du tableau. Mais on retrouve les formes fantomatiques noires sur le côté droit. Ces formes ont un aspect inquiétant. Elles pourraient symboliser la peur.

Les couleurs généralement utilisées sont très caractéristiques: une opposition chaud/froid, l’ocre et l'incontournable bleu du ciel. Le cygne est vraiment mis en valeur avec sa couleur très blanche et par le jeu des ombres utilisé pour la montagne. L'oiseau a une apparence ronde, souple au niveau du haut et pourrait donc symboliser la féminité. Mais serait-il aussi un moyen d'accès aux bacchanales? Les bacchanales elles-même ne symboliseraient-elles pas le rêve, qui est le principal objectif des surréalistes?

La toile de Bacchanale recèle de symboles qui naissent sous le coup du pinceau excentrique de Salvador Dali.