ZWISLER Flora

DE CHEVIGNY Lucie

LUSSIEZ Marie

2nde7

Peinture surréaliste


"Pour la peinture surréaliste , le contenu de l'image est plus important que son harmonie plastique"

« Les peintres sont souvent allés ''au delà de la peinture''» Max ERNST

Les techniques

Les artistes-peintres du XXe siècle sont fascinés par le surréalsime. Envieux de reproduire picturalement cette libération de l'esprit et l'expression de l'inconscient, ils inventent de nouvelles techniques esthétiques :

Les oeuvres De Chirico sont unanimement reconnues comme fondatrices de l'esthétique surréaliste, car De Chirico invente l'onirisme, soit le fait de peindre des images mentales tirées des rêves, mais que le peintre visionne éveillé. Dès 1919, Max Ernst utilise le collage dans ses peintures. Il assemble des images issues de multiples domaines, dans le but de provoquer des rencontres insolites. En 1925, il découvrira le procédé du frottage, qui consiste relever l’empreinte d'une matière en frottant une mine de plomb sur un papier posé sur le support. En 1927, Max Ernst invente comme l'extension du frottage, le grattage qui sera surtout pratiqué par Esteban Francès, peintre d’origine espagnol et rallié au Surréalisme en 1937. Cette technique consiste à gratter à la lame d'un rasoir des couches superposées de peinture de différentes couleurs, afin de faire surgir des formes diaprées. Vers 1924, Masson commence à exécuter des dessins totalement spontanés et fluides. Puis en 1927, il invente les " tableaux de sable " : une toile, déjà peinte ou non, est aspergée de colle, puis recouverte de sable. On la redresse et le sable glisse, sauf sur les parties où la colle le retient. Masson réussit à unir ainsi technique et spontanéité. En 1936, Oscar Dominguez utilise pour la première fois la technique de la « décalcomanie sans objet ». L’artiste presse une feuille blanche sur une autre feuille enduite de gouache noire, et répète l’opération, de manière à reporter plusieurs fois les taches de peintures. L’image qui en résulte permet à l’artiste de libérer son imagination en interprétant à sa guise les formes obtenues. À partir de 1937, le peintre autrichien Wolfgang Paalen invente le procédé du fumage : il réalise des dessins tracés en promenant la flamme d’une bougie sur une feuille de papier. Salvador Dalí, à la même date, apporte au surréalisme la méthode de la " paranoïa critique ", certain que la passivité de l'artiste n'est pas une condition nécessaire pour son objectivité poétique, mais qu'une activité semi-hallucinatoire peut aider à la création d'une oeuvre. Il décrit sa façon de travailler : " [...], je me réveillais et, sans me laver ni m'habiller, je m'asseyais devant le chevalet placé dans ma chambre face à mon lit. La première image du matin était celle de ma toile, qui serait aussi la dernière image que je verrais avant de me coucher... Toute la journée, assis devant mon chevalet, je fixais ma toile comme un médium pour en voir surgir les éléments de ma propre imagination. Quand les images se situaient très exactement dans le tableau, je les peignais à chaud, immédiatement. " Ce calque du rêve : la " paranoïa critique " n'est autre qu'un état perpétuel de surexcitation imaginative. Ce calque du rève sera illustré non seulement par le fantastique de Dalí, mais aussi par l'humour froid de Magritte, par Leonora Carrington, Dorothea Tanning, Paul Delvaux, Hans Bellmer, Félix Labisse.

C'est en 1925, dans la galerie Pierre, à Paris, le 13 novembre à minuit, qu'est inaugurée la première exposition de peintures surréalistes, regroupant des oeuvres de Giorgio de Chirico, Hans Arp, Max Ernst, Paul Klee, Man Ray, André Masson, Joan Miró, Picasso et Pierre Roy.

Link

Salvador DALI :


Architecture, Gaudi
Bacchanale, Salvador Dali
Age d'or
Un Chien Andalou
Galatée aux Sphères

PEINTRES :
GERBER Théo
Ernst Max
Wilfredo Lam
DALI Salvador
Hayter
Wolfgang Paalen
Hérold Jacques
Rahon Alice

Une Peinture

Picabia, un peintre surréaliste, a réalisé en 1917, "La Parade Amoureuse".external image picabia5.jpg
Description
Cette peiture présente deux machines. Le corp de machine de gauche représente l'élément féminin du couple, nous pouvons y apercevoir deux cercle , qui très souvent définissent les ovaires de la femme. Cette machine est d'une couleur plus discrête que sa voisine. Le corp de machine de droite représente l'élément masculin, ses nombreuses couleurs ainsi que ses nombreux constituants, montrent que celui ci se pavane. Cette peinture représente donc l'accouplement de deux machine.

Interprétation
Cette peinture a été réalisée pendant la Première Guerre mondiale, elle représente l'état physique de nombreuses personnes touchées ("Gueules Cassées"), par les bombarbements et qui sont munis d'aides artificielles pour vivre, comme des protèses. Elle peut aussi représenter les pulsions sexuelles qui sont naturelles, mais qui engendrent la mise en mache de deux mécanisme...