BERGER Blanche
CURT Sophie
DELASSUS Claire

Jean Cocteau



url.htm


Enfance:
Le 5 juillet 1889, Jean Cocteau est né à Maisons-Laffitte dans une famille bourgeoise de Paris. Son père, avocat et peintre amateur, s'est suicidé lorsque Cocteau avait neuf ans. Dès l'âge de quinze ans, Cocteau quitte le cocon familial. Il manifeste peu d'intérêt pour les études et n'obtient pas son baccalauréat malgré les insistances de sa mère pour qu'il le passe .

Vie:
Il publie son premier livre de poèmes, « La Lampe d'Aladin », à 20 ans .Mais sa carrière ne commence vraiment qu'avec Serge de Diaghilev et par l'influence du Sacre du Printemps de Stravinsky.
En 1917 il réalise « Parade », ballet produit avec les décors et les costumes créés par Pablo Picasso et une musique composée par Erik Satie .
Ayant été exempté du service militaire, Cocteau décide néanmoins de participer à la guerre de 1914, avec un convoi sanitaire civil. Adopté par un régiment de fusiliers marins, il vit à Dixmude et vole avec Roland Garros.
Après la guerre, il subit une crise comme en témoigne « Le Potomak » publié en 1919: sorte de confession allégorique destinée à « déniaiser l'esprit ». Quelques années après, il écrira un roman sur la guerre « Thomas l'imposteur ». Dans les années 1920,Cocteau s'associe avec Marcel Proust, André Gide et Maurice Barrès .
En 1918, il se lie d'amitié avec Raymond Radiguet dont la mort en 1923 le laissera désespéré et en proie à l'opium. Il luttera contre la drogue tout au long de sa vie. Un de ses livres les plus connus « Les enfants Terribles » est écrit en une semaine pendant un difficile sevrage en 1928.
En 1921, il collabore avec le groupe des Six (George Auric, Louis Duret, Arthur Honagger, Darius Milhaud, Francis Poulenc et Germaine Tailleferre) pour le livret argumentaire des Mariés de la Tour Eiffel, œuvre collective qui lance la nouvelle génération musicale en France dans le sillage d'Erik Satie qui en est le mentor.
Cocteau a aussi publié de nombreux essais critiques et autobiographiques (Le Livre Blanc qui éclaire sur l'homosexualité de l'écrivain 1928; Opium en 1930; La difficulté d'être en 1947; Journal d'un inconnu en 1953 )
En 1940 publication de « La fin du Potomak »

Vie sentimentale :
Cocteau entretient des relations de longue durée avec deux acteurs français, Jean Marais et Edouard Dermit, ce dernier officiellement adopté par Cocteau.

Cocteau surréaliste:
Jean Cocteau ne s'est jamais déclaré surréaliste à proprement parlé mais il a toujours côtoyé et participé à leurs travaux. De plus, dans ses œuvres, nous pouvons voir de nombreux traits du surréalisme, par exemple dans les poèmes « Par lui même » ou « Jeune fille endormie » de son recueil Opéra (1925-1927). Nous y retrouvons des thématiques surréalistes comme celle du hasard ou du rêve. Certaines caractéristiques du baroque se retrouvent chez Cocteau .
Tout au long de sa vie, Cocteau redécouvre la Grèce antique, ces mythes et ces tragédies, et surtout Orphée, dont il fera une pièce en 1927 et deux films « Orphée » en 1950 et « Le Testament d'Orphée » en 1960. Orphée constituera une des pièces centrales d'un ensemble infiniment divers. En effet, toute la poésie de Cocteau est l'exercice du pouvoir magique de la parole. Or, toute magie est étonnante et tout étonnement est magique, pour Cocteau l'illusoire est vrai. Il dira « Je suis un mensonge qui dit toujours la vérité ». Cocteau apparaitra tout le long de sa vie comme le poète du paradoxe. Il retravaillera aussi sur le mythe de Œdipe (Œdipe roi en 1928) et de Antigone .
Le poète touche à tout, il touche à tout les registres du réel et du surréel . Le sortilège ne ne le laisse jamais indifférent: il l'introduira dans la tragédie (La machine Infernale,1934; Renaud et Armide,1948 ), dans le ballet (Phèdre,1950; La Dame à la licorne;1953), dans le film (Le sang d'un poète,1932; La Belle et la Bête en 1935) et le dans le roman. Il touche aussi au dessin, c'est lui qui illustra la plupart de ses livres. Mais le domaine de prédilection de Cocteau restera toujours le poème.





Conclusion :
Une sorte de légende n'a cessé, depuis sa jeunesse, d'entourer Jean Cocteau, et ce qu'il y a de préciosité dans sa poétique de l'étonnement a contribué à l'entretenir. Mais ses poèmes et ses films ne cessent de manifester, auprès du personnage et de sa légende, la présence du poète dans sa vérité : la complexité et le mystère de sa poésie naissent dans cette ambiguïté, tantôt spontanément avouée tantôt savamment camouflée. Pour Cocteau, Stravinsky pour la musique, Picasso pour la peinture sont la modernité dans leur art, il veut être leur équivalent en littérature.